Rodiet, Jacques-Antoni

Le livre du Docteur Antoine, Au village pendant la guerre, Sentiments, idées et caractères, par un médecin de campagne, a été publié en 1924 à Paris, aux éditions de la Revue mondiale. Ce livre de petit format, de 156 pages, est assez mystérieux. L’auteur désigne la plupart des personnes et des lieux par une initiale ; ce souci exagéré de discrétion conduit à se demander si Antoine est un nom, un prénom ou un pseudonyme. Nous ne savons rien de lui, en dehors de sa profession et du fait qu’il n’a pas été mobilisé, soit à cause de son âge, soit parce qu’il était réformé. Au point de vue politique, il n’aime pas les socialistes, ni la droite cléricale antirépublicaine. Ni les Méridionaux. Il laisse cependant quelques indices qui permettent d’identifier avec certitude le département du Cher ; la petite ville où il exerçait est La Guerche-sur-l’Aubois (ce n’est donc pas un village). Or, il existe aussi un livre de Jacques-Antoni Rodiet, médecin, de même titre, même nombre de pages, publié à Bourges la même année. L’édition parisienne l’a repris en cherchant à le détacher de son ancrage, ce qui n’étonne pas mais qui est une aberration pour l’historien.
L’ouvrage contient d’une part des observations justes sur la résolution au moment de la mobilisation car « il faut en finir », puis sur l’inquiétude des populations faute d’informations ; il décrit la ruée sur les banques pour obtenir de l’or à la place des billets, la hausse des prix, la cherté et l’insubordination de la main-d’œuvre agricole, puis les profiteurs et les nouveaux riches ; les réfugiés sont rapidement considérés comme encombrants et refusant de travailler. Il rapporte d’autre part quantité de phrases péremptoires prononcées par des habitants sur la guerre provoquée par les calotins, prolongée par les galonnés ; il consigne les rumeurs les plus folles. Si on peut admettre que toutes ces paroles ont été prononcées, il est difficile de savoir s’il s’agit de cas particuliers ou de situations représentatives. Sur la vie à l’hôpital dont il s’occupe, les notations sont plus précises et rejoignent celles de Léon Jouhaud : dames fières de porter la tenue des infirmières, mais répugnant à soigner les vénériens ; jeunes filles « trop audacieuses avec leurs blessés » ; zèle clérical de certaines ; jalousies… Quant aux amputés, ils affirment hautement qu’ils entendent désormais vivre sans travailler.
Le Dr Antoine estime que l’Union sacrée est un masque. Les haines anciennes et les clientélismes subsistent ; la situation nouvelle oppose ceux qui luttent et souffrent à ceux qui ne cherchent que leur intérêt. Ces derniers se demandent si la guerre ne va pas amener un bouleversement politique, que le Dr Antoine lui-même croit inévitable. Le « moral » des blessés et des permissionnaires est variable et plutôt à la baisse ; les ouvriers des usines du chef-lieu (Bourges) « ont, paraît-il, très mauvais esprit ». Les femmes aspirent à la paix : « elles reçoivent sans doute des journaux qui leur prêchent le découragement ». Au début de 1917, le mécontentement croît. « La vie devient chaque jour plus chère. Les lamentations et les plaintes montent de toutes parts, avec la haine contre les dirigeants, qu’on accuse de tous les maux. » Nombreuses sont les lettres anonymes de dénonciation de voisins. Sur le front et dans les trains de permissionnaires, « l’indiscipline des hommes devient inquiétante ». En mai : « Période trouble. La Révolution russe inquiète l’opinion publique. Des poilus viennent en permission. Ils racontent que la dernière offensive a été suivie d’événements fâcheux. Des bataillons de chasseurs, des régiments d’infanterie (on cite les numéros) se sont mutinés. [… Des hommes], mécontents de ne pas avoir une permission, sur laquelle ils comptaient, ont déserté. [… Un médecin, de retour du front, raconte :] Des officiers sont frappés ou tués par les troupes mutinées. […] Il a vu, au chef-lieu, passer des wagons de permissionnaires avec ces mots écrits à la craie : La Paix ou la Révolution. […] Le discours de Ribot à la Chambre, repoussant toute idée de paix autrement que par la victoire, doit mieux exprimer le sentiment de tous les bons Français. »
Rémy Cazals, décembre 2011
APPEL : Si un lecteur a des précisions sur ce Dr Antoine et son témoignage, il est prié de nous les communiquer. Merci.

Share

2 thoughts on “Rodiet, Jacques-Antoni”

  1. Yann Prouillet me signale qu’il a existé un livre de même titre et même pagination, paru à Bourges en 1924, dont l’auteur est Jacques-Antoni Rodiet, docteur en médecine. Il paraît donc assuré que le Dr Antoine n’est autre que le Dr Rodiet. Il faudra essayer d’en savoir plus auprès des Archives départementales du Cher.
    Rémy Cazals

    1. Bonjour,
      Merci pour la mention de cet ouvrage qui semble constituer un intéressant témoignage de la part d’un acteur ordinaire de la Grande Guerre. S’il s’agit bien du docteur Rodiet, on croise son nom dans le compte-rendu des séances de l’Académie de médecine car il envoie un texte qui traite de « l’assistance aux « sans-famille » invalides de la guerre » (annexe à la séance du 20 juillet 1915) ; le compte-rendu indique qu’il est médecin en chef de la colonie familiale de Dun-sur-Auron (dans le Cher, en effet) et médecin –assistant d’un hôpital régional spécial.
      Le livre du « docteur Antoine » pourrait être rapproché d’un autre ouvrage publié sous pseudonyme après la guerre : René Beaumesnil, Anatole Prou, mutilé, 1924 ; Beaumesnil est le pseudonyme du docteur J-E Ruffier qui a officié dans diverses formations sanitaires entre 1914 et 1918.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*