Garrigue, Marcel (1883-1915)

1. Le témoin.

Né à Tonneins le 11 septembre 1883, issu d’une famille modeste (agriculteur et cigarier), il pratique le métier de serrurier au moment de la mobilisation d’août 1914. Marié depuis 1906 et père de famille, il est incorporé à 31 ans au 280e RI de Narbonne (régiment de réserve), le même régiment alors que celui du tonnelier Louis Barthas, comme lui soldat ordinaire.

Il est tué à l’ennemi le 12 décembre 1915 à Neuville-Saint-Vaast dans le Pas-de-Calais, sans avoir revu sa famille, qui l’attendait pourtant pour sa première permission (voir la notice Garrigue, Victoria).

2. Le témoignage.

Marcel Garrigue a tenu une correspondance nourrie avec sa femme et sa famille pendant toute la durée de sa présence au feu.

Une de ces lettres, marquante puisqu’il y décrit l’exécution d’un soldat pour l’exemple (31 juillet 1915) a été publiée dans Paroles de Poilus. Lettres et carnets du front 1914-1918, Paris, Librio-Radio France, 1998. « C’était pour fusiller un pauvre malheureux qui dans un moment de folie, tant que nous étions à Lorette, a quitté la tranchée et a refusé d’y revenir ». Cérémonial réglé, « le crime était accompli ». Alain Glayroux a pu récupérer une grande partie des lettres de Marcel Garrigue et les réponses envoyées par sa femme, ainsi que le carnet de guerre qu’il tint du 29 août au 9 novembre 1914, et les présenter au public dans un recueil Portaits de Poilus tonneinquais, publiées aux éditions La mémoire du Fleuve en 2006. Grâce à son intervention, les Archives départementales de Lot et Garonne possèdent désormais ce fond en version numérisé, ce qui permet de pouvoir suivre l’itinéraire de ce soldat lambda plongé dans un conflit dont très rapidement il ne comprend pas le sens.

3. Analyse

A maints égards, cette correspondance de ce soldat du Sud Ouest peut être rapproché des cahiers du caporal Barthas. Mobilisé dans le même régiment au début de la guerre, Garrigue n’hésite pas à se plaindre du froid ou des combats, de la guerre qui dure, « je pense bien que bientôt finira il le faudra bien pour tout le monde » (18 octobre 1914). L’univers des tranchées déstructure le temps (à plusieurs reprises, il se plaint de ne pas pouvoir suivre le mouvement des jours) et oblige les hommes au confinement (lettre du 20 décembre 1914). Il reçoit très régulièrement des nouvelles de sa femme et de ceux du pays mobilisés comme lui, mais aussi des « boîtes de pâté » et des « prunes » afin d’améliorer l’ordinaire. Il évoque un réveillon de Noël pendant lequel Français et Allemands communiquent, certains de ces derniers profitent de l’événement pour se rendre, ils sont alsaciens ou connaissent la France. Le régiment de Garrigue, en Artois fin 1914, se trouve à proximité des troupes anglaises et rentre en contact avec les Ecossais dont les « conserves » semblent meilleures que celles des Français. Il écrit d’ailleurs à sa femme qu’il s’est fait des « camarades anglais ». On retrouve dans ses propos quelques thématiques communes aux témoins versés dans l’épistolaire : trouver les bonnes cartes postales, commentaires sur les colis envoyés et la vie du village, attente de la permission. Les lettres de Marcel montrent, au-delà de ces quelques remarques, un besoin de dénoncer la guerre, et de croire en une fin prochaine, continuellement phantasmée (lettre du 17 janvier 1915, la guerre doit finir à Pâques), jusqu’à la disparition de Marcel en décembre 1915. Il reproche à sa femme de croire ce que disent les journaux.

Son carnet est beaucoup plus centré sur le quotidien militaire : départ, changement de cantonnements (Vosges, puis Artois), bombardement, tranchées, attaques (dont celle de Vermelles qu’évoque Louis Barthas au début d’octobre 1914, et à la même période), celle d’Annequin où les ordres d’attaque ne peuvent pas être suivis par le commandement.

Alexandre Lafon, février 2008.

La conversation {1 commentaires}

  1. jacques {Jeudi 12 novembre 2009 @ 5:11 }

    il était électricien
    non?

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.