Dantoine, Pierre (1884-1955)

1. Le témoin

pic_dantoine.jpg

Pierre Dantoine est né à Carcassonne le 22 février 1884. La disparition précoce de son père, huissier, oblige le garçon, tout juste âgé de quinze ans, à interrompre ses études pour subvenir aux besoins de sa famille. Il est alors employé à la gare de Carcassonne où il travaille parfois de nuit. Lorsque la guerre éclate en 1914, il est mobilisé et combat au 272e RI. Il consacre alors ses moments libres à la réalisation de dessins et d’esquisses. Après la guerre, il trouve un emploi à la préfecture de l’Aude où il finit sa carrière en 1944 comme chef de bureau. Jusqu’à sa mort à l’âge de 71 ans, il ne va cesser de dessiner. Sa notoriété régionale se double de la reconnaissance officielle de son talent : en 1926, il reçoit les palmes académiques, puis est décoré en 1938 de la croix de chevalier de la Légion d’honneur.

2. Le témoignage

Si de nombreux soldats se sont mis à écrire au moment de la guerre, le témoignage de Dantoine s’inscrit pleinement dans ses pratiques d’avant-guerre : observateur, il croque ainsi, déjà avant 1914, scènes de rue, personnages pittoresques et figures originales de la vie politique locale et internationale. Nombre de dessins sont déjà accompagnés de légendes en languedocien ou dans les deux langues. Dans la guerre, il multiplie les dessins de soldats ou de civils. La correspondance est aussi l’occasion d’envoyer des nouvelles sous une forme qu’il affectionne particulièrement : le dessin humoristique. Cette anecdote, rapportée par Le courrier montre que son activité n’est pas née après-guerre : « Au moment de la mobilisation, en 1914, il demande à sa famille qu’on lui envoie du gros tabac de troupe, car c’est un grand fumeur de pipe. Mais ne recevant rien, il envoie une carte sur laquelle il gribouille un dormeur en train de rêver à du gros tabac de troupe, avec comme légende : ‘ le rêve passe’ » (cité par Audrey Fernandez, voir bibliogr., p. 5 n. 8)

C’est principalement sous la forme de dessins humoristiques que Dantoine nous offre un témoignage de la Grande Guerre : 43 dessins sont publiés dans un recueil simplement intitulé La guerre (Fédération Audoise des Œuvres Laïques, coll. « La mémoire de 14-18 en Languedoc », n°11, 1987. Recueil déjà publié en 1932 et 1970). A quelle date ont-ils été réalisés ? Une note de J.-F. Jeanjean, extraite du recueil de 1932, laisse entendre qu’il s’agit là de dessins réalisés après la guerre : « Ancien combattant, Dantoine n’a pas eu à faire appel à son imagination toujours si vive. Cette fois, il s’est souvenu ! Son album est un document. Le caricaturiste s’est fait historien ! » Certains bon mots, pourtant, apparaissent dans des dessins réalisés pendant la guerre. Notons pour les lecteurs que les légendes en languedocien sont traduites sur le côté de chaque page, rendant ainsi la lecture accessible à tous.

A ce recueil déjà riche, on doit ajouter la compilation d’œuvres de Dantoine réalisée à l’occasion d’une maîtrise par Audrey Fernandez : à partir de 1921, Dantoine collabore à La Dépêche du Midi où il publie en 1ère ou 2ème page. Ce détail n’est pas anodin : dans un journal peu illustré, cela confère à ses images une force particulière. Par ailleurs, d’avril 1932 à avril 1940, il publie à la une du Journal des Anciens Combattants de l’Aude ; il apporte sa contribution à La Démocratie de l’Aude, un organe de la fédération radicale socialiste, dont il partageait les positions. Enfin, quelques ouvrages, revues, hebdomadaires bénéficient de ses talents. En tout, c’est près de 2000 dessins qui ont été référencés.

3. Analyse

Le témoignage que Dantoine livre sur la guerre s’inscrit pleinement, par la forme, dans les dessins qu’il réalisait avant 1914. Ainsi, comme avant-guerre, ses productions se caractérisent par une forte dimension régionale, une attention aux personnages ou aux situations pittoresques et un humour basé en grande partie sur les contrastes.

- Une forte dimension régionale : L’artiste est fermement attaché à sa région. Ses légendes en occitan sonnent comme une affirmation identitaire. Les « bons mots de la légende sont ainsi en occitan. De plus, certains dessins révèlent la communauté de rieurs que Dantoine vise en priorité, la communauté rurale. Ainsi, dans un dessin intitulé « le mildiou », deux soldats assis dans une tranchée, un masque à gaz fixé sur la tête, se font la remarque : « Aco, tèl règlario LE MILDIOU, e, Jousep ! » [« Ça, ça règlerait le mildiou, eh, Joseph ! » dans "alerte aux gaz"]. Le mildiou désigne une série de maladies touchant les plantes, bien connues des agriculteurs.

- Des personnages et des situations pittoresques : de même qu’il caricaturait les personnages pittoresques de sa ville et de sa région avant-guerre, il s’attaque aux figures emblématiques de la vie dans les tranchées comme les cuisiniers, colporteurs de bruits et rumeurs en tout genre ["le tuyau"] Les situations pittoresques se trouvent également mises en scène, à l’image de ce soldat, aux prises avec un des « ânes des tranchées » [dessin du même nom].

- Dantoine, attentif aux contrastes et aux quiproquos : beaucoup de dessins se déroulent dans le contexte de la gare, point de rencontre entre le front et l’arrière, que le soldat emprunte pour rejoindre sa famille en permission ou, une fois celle-ci terminée, pour quitter les siens et retrouver ses frères d’armes ["le cafard"]. C’est également un lieu de rencontre entre les civils et les combattants [Vos quarts... bouillon ! Bouillon !"] ou un lieu de confrontation entre ces derniers et les embusqués ["en attendant le train des permissionnaires"]. Attentif aux contrastes, Dantoine en a donc fait un lieu récurrent dans son œuvre.

Il aime jouer, en effet, avec les malentendus qui naissent du contact entre deux mondes, entre deux langues : entre l’occitan savoureux des soldats du midi et le français des officiers ["le filon"]. Le vocabulaire militaire peut aussi être mal compris par les combattants, « civils sous l’uniforme » ["système D"] et par les civils eux-mêmes ["la morale de la guerre"].

L’humour de Dantoine réside dans ces contrastes. Mais il bénéficie aussi de la simplicité de ses coups de crayons qui suffisent à faire reconnaître un lieu ou un personnage. Le regard du spectateur glisse ainsi sur la forme pour le concentrer sur le fond : la guerre. Comment la dépeint-il ?

Il dessine des instants comiques aux accents réalistes. Ces tranches de vie campent une guerre à hauteur d’hommes. Ainsi : « le combattant a des vues courtes… mais parce que ses vues sont étroites, elles sont précises ; parce qu’elles sont bornées, elles sont nettes. Il ne voit pas grand chose mais il voit bien ce qu’il voit », écrivait un capitaine pendant la guerre (Kimpflin Georges, Le premier souffle, Paris, Perrin, 1920, pp. 12-14). Dantoine a vu, et ce qu’il donne à voir de la guerre s’en ressent : il présente toujours l’espace des tranchées comme un univers limité et clos qui correspond au champ de vision des soldats.

- Un décor qui en dit long : les tranchées sont tantôt inondées ["le mouillage"], tantôt bouleversées et encombrées comme après un bombardement. Un certain nombre d’objets sont dispersés et leur récurrence en fait des symboles de la guerre. Ils prennent valeur de métonymie : la partie est prise pour le tout. Ainsi, troncs calcinés, armes brisées, fils de fer, rats, cadavres, suggèrent, au fil des pages, par leur répétition, la violence qui s’abat sur les paysages et les hommes [voir par exemple "nouveau secteur"]. Les soldats semblent évoluer dans cette atmosphère, comme résignés à vivre dans ces conditions difficiles. Dans cet univers de mort, Dantoine éclaire avec tendresse leur humanité.

- Sous l’humour, des hommes … Les soldats sont croqués avec tendresse, et leurs souffrances transparaissent sous l’humour : la boue, par exemple, dont tant de combattants ont souffert durant leurs années de guerre, est ici vue au miroir de l’enfance ["attendrissement"] ; de même évoque-t-il, sous couvert de l’humour, l’angoisse avant l’attaque ["l'heure H"], les secteurs agités ["corvée de soupe"] et les bombardements meurtriers. Les échappatoires à la guerre, fréquemment rencontrées dans les témoignages, sont également évoquées ["unis comme au front"].

- Des soldats civils sous l’uniforme : Les soldats restent, dans les dessins de Dantoine comme dans nombre de témoignages, des civils sous l’uniforme. Ainsi, les hommes restent marqués par leurs origines géographiques (rappelons qu’ils s’expriment en languedocien) et sociales (nombre sont issus du monde rural) [voir "Kamarad !"]

- Des cibles privilégiées : « stratèges de l’intérieur », embusqués : le regard sur l’arrière est sans complaisance. Dantoine y trouve ses cibles privilégiées : il dénonce le bourrage de crâne ["le communiqué"], épingle le ridicule des stratèges de l’intérieur et égratigne à de nombreuses reprises les embusqués ["en attendant le train des permissionnaires"].

Signalons avant de conclure que si l’activité d’écriture s’arrête pour de nombreux soldats avec la démobilisation, Dantoine poursuit son travail auprès de divers journaux, revues, etc. Ses dessins offrent donc, là encore, un regard éclairant sur la politique française et internationale et sur la société d’après-guerre. Ainsi apparaissent sous son crayon trois figures récurrentes – les nouveaux riches, les militaires et les femmes – qui témoignent tous de la mutation de la société française dans l’entre-deux-guerres.

L’œuvre de Dantoine est, à l’image des anciens combattants, fortement marquée par ses années de guerre. Ce témoignage nous offre un très riche regard, celui qu’un observateur fin, très attaché à sa région, porte sur la société et les évènements marquants de son temps. En ce sens, il se rapproche sensiblement des témoignages de combattants (lettres, carnets et souvenirs notamment) qui sont autant de regards subjectifs sur la guerre. Une source extrêmement riche, donc, tant par la forme que par le fond.

4. Autres informations

- FERNANDEZ Audrey, Dantoine, un caricaturiste audois (1884-1955), mémoire de maîtrise (dir. R. Cazals), Université Toulouse le Mirail, 2003, 2 tomes. [A noter que le second tome rassemble un grand nombre d'œuvres de l'artiste.]

- Le colloque de Carcassonne Traces de 14-18, Les Audois, 1996 présente un certain nombre d’illustrations du dessinateur en couverture et dans un cahier couleur.

- Le site du Crid 14-18 présente une page de dessins de Dantoine.

Cédric Marty, 12/2007

Complément : le livre collectif dirigé par Caroline Poulain, Manger et boire entre 1914 et 1918, Bibliothèque municipale Dijon & Snoeck, 2015, reprend quatre dessins de Dantoine dans l’article « Les saveurs du village, la réception des produits du « pays » par les hommes des tranchées ». La revue Infoc, de l’Institut d’Etudes Occitanes de Toulouse, donne une chronique « Barthas illustré par Dantoine » dans ses numéros 346 à 352 (année 2016).

Le buzz {1 trackbacks/pingbacks}

  1. Ping: Des bulles pour faire la guerre ou la dénoncer (partie 1/3). | BCU 1914-1918 le 1 juin 2015

La conversation {3 commentaires}

  1. arnould lebreton monique {Samedi 25 octobre 2008 @ 2:00 }

    je suis tres touchee par votre article car je suis la petite fille de pierre dantoine merci

  2. Llinares Claude {Mercredi 9 décembre 2009 @ 11:27 }

    je recherche des références sur les publications des dessins de Dantoine sur la guerre 14-18. Comment obtenir et acheter les livres sur Dantoine?

  3. espitalier {Samedi 2 octobre 2010 @ 2:35 }

    Je viens de découvrir dans les souvenirs de mes parents,un ouvrage
    (très abîmé) de : La guerre vue par Dantoine. Imprimerie Rennes Carcassonne 1932.
    Seriez-vous interessé?
    Cordialement

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.