Bringuier, Pierre (1884-1970)

1. Le témoin

Né à Yssingeaux (Haute-Loire), le 24 août 1884 dans une famille aisée. Après des études de Droit, il devient greffier de justice. Le 22 juillet 1914, il épouse Elisabeth Jassoud, fille de médecin. Le voyage de noces en Suisse est interrompu par la mobilisation. Pierre part avec le 358e RI. Après la guerre, le couple aura six enfants. Domiciles successifs à Bourg-de-Péage et Romans où Pierre Bringuier meurt en 1970.

2. Le témoignage

La correspondance de Pierre et Elisabeth compte 1500 lettres, celles que recevait le soldat étant renvoyées, à la fois pour ne pas alourdir le sac, et pour être conservées. Des extraits concernant uniquement la première année de guerre sont publiés dans Je suis mouton comme les autres. Lettres, carnets et mémoires de poilus drômois et de leurs familles, présentés par Jean-Pierre Bernard et al., Valence, Editions Peuple Libre et Notre Temps, 2002, p. 365-379. Une édition complète, quel qu’en soit le support, serait sans doute souhaitable.

3. Analyse

- Dès le 17 août 1914, victime du bourrage de crâne qui annonce des victoires, Pierre Bringuier exprime l’espoir de la fin de la guerre et des retrouvailles avec son épouse. Le 22 septembre, l’espoir n’a pas disparu, mais la tonalité est différente : « Il me semble difficile que les nations engagées puissent prolonger plus longtemps l’effort formidable qu’elles fournissent actuellement. » Et le 15 avril 1915 : « Je vis avec la confiance absolue que nous aurons la paix à la fin de l’été ou au moins au commencement de l’automne ; la perspective d’une seconde campagne d’hiver, comme tu dis, serait trop épouvantable. Vivre encore une année de cette vie, oh mon Dieu ! » A son jeune beau-frère qui exprime le désir de voir un champ de bataille, il répond qu’il lui souhaite de n’en voir jamais autrement que sur les photos des périodiques (4 novembre).

- Comme la plupart des hommes des tranchées, il déteste les embusqués qui, loin du front, « avec des attributs militaires plus ou moins bizarres et des fonctions plus ou moins précises, passent le temps assez joyeusement » (12 décembre). Il dit son agacement de voir des « touristes » venir visiter les cantonnements de repos (22 mai). Le contraste entre la vie dans les tranchées et à l’arrière est trop fort pour être supporté par ceux qu’il désigne comme « les pauvres diables du front » (27 mai). Le comble, c’est quand on prétend obliger les soldats à écrire à enveloppe ouverte pour faciliter le contrôle par « le premier butor venu » (8 août) ; certes, la mesure est rapidement annulée mais elle a produit un effet fâcheux, et l’affaire a montré l’incohérence du commandement (12 août). « L’incompétence est actuellement une règle assez générale dans ce qui reste de cadres à notre armée », écrit-il plus tard (23 août) à propos de la direction du travail des téléphonistes.

- Il a, en effet, obtenu de devenir téléphoniste, ayant compris que l’installation des lignes présentait moins de dangers que le combat proprement dit (5 février 1915) : « En fait, les risques à courir me semblent à peu près comparables à ceux que court l’artillerie, c’est-à-dire peu de choses à côté de ceux du fantassin qui fait le coup de feu. »

- Sans vouloir tout rapporter ici, on peut noter quelques autres remarques sur des points particuliers. Une réflexion bien venue sur le lieu commun du pantalon rouge : « Lorsque l’on distingue sa couleur rouge, c’est que l’on a déjà bien aperçu autre chose du bonhomme, et particulièrement sa capote sombre se détachant sur l’horizon » (22 novembre 1914). La description de la messe de Pâques devant « quelques centaines de soldats boueux et hirsutes » (5 avril 1915). La petite joie de recevoir, dans un colis, de la nourriture du « pays », une « pogne » de Romans. Et toujours le besoin d’écrire à sa femme et de recevoir ses lettres.

Rémy Cazals, juillet 2008

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.