Loti, Pierre (Viaud, Louis-Marie-Julien) (1850–1923)

1. Le témoin

Louis Marie Julien Viaud, dit Pierre Loti, est né le 14 janvier 1850 à Rochefort (Charente-Maritime, alors Charente Inférieure). Il est le 3ème enfant de Théodore Viaud et de Nadine Texier, famille de la petite bourgeoisie protestante de la cité rochefortaise. Il suit des cours particuliers à Rochefort, entre au collège à 12 ans et suit des cours de marine mais échoue d’abord au concours d’entrée à l’école navale en 1866 puis réussit l’année suivante après avoir préparé le concours à Paris. Il fait ses classes sur le navire école Borda à Brest puis débute sa carrière navale. La mort de son père l’oriente vers une carrière de journaliste sans quitter la carrière navale. Son premier article est publié en 1880 et publie sous son pseudonyme complet l’année suivante, pseudonyme venant d’un séjour à Tahiti entre janvier et mars 1872. Il continue de parcourir le monde, est fait commandeur de la Légion d’Honneur en 1910 et est admis à la retraite le 14 janvier de la même année, ayant accompli 42 ans, 3 mois et 13 jours de service dont 19 ans, 11 mois et 8 jours en mer. Au mois d’août 1914, il est mobilisé à l’arsenal de Rochefort et parvient à être mandaté comme officier de liaison sans solde auprès au général Gallieni le 25 septembre suivant. Rappelé officiellement à l’activité le 1er février 1915, il occupe plusieurs fonctions d’état-major, notamment celui du Groupe d’Armées du Centre (G.A.C.) et effectue des missions d’observation et de médiation avec les alliés de la France sur les arrières fronts. En mai, par sa position d’écrivain et de journaliste international, il entreprend des négociations secrètes entre la France et la Turquie. En 1916, il est affecté au Groupe d’Armées du Centre (G.A.E.), à Mirecourt dans les Vosges, puis en mai 1917 au Groupe d’Armées du Nord (G.A.N.). Remis à la disposition de la Marine le 9 mars 1918, il est démobilisé le 15 mais reste autorisé à être présent au G.A.N. Epuisé et malade, il est évacué le 31 mai 1918 pour raison de santé. Atteint par la limite d’âge, il est rayé des cadres de l’Armée le 11 novembre 1919. L’année suivante, il reste paralysé par une attaque cérébrale et il meurt à Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) le 10 juin 1923. Il est inhumé dans sa maison de Saint-Pierre-d’Oléron. Sa carrière littéraire entre livres, articles et contributions littéraires, est pléthorique. Il tient également un « journal intime » de guerre que les éditions de La Table Ronde reproduisent entre le 1er janvier 1914 et le 11 novembre 1918.

2. Le témoignage

Loti, Pierre, Soldats bleus. Journal intime, 1914-1918, Paris, La Table Ronde, 1998, 312 pages.

Pierre Loti, romancier, voyageur et marin mondialement connu, a débuté dès son adolescence un journal que sa vie finissante avait fait délaisser. Quand éclate une guerre européenne qui va rapidement toucher les pays qu’il aime, telle la Turquie, il ne tient pas à rester à l’écart de la vie publique. Avec une étonnante lucidité, il révèle sa conscience de l’imminence d’une guerre d’extermination, d’un cataclysme mondial, bien qu’il la considère peu maritime et de quelques mois. Dès lors, Julien Viaud veut servir la France à sa manière et demander à immédiatement reprendre le service armé. Capitaine de Vaisseau en retraite, il va solliciter l’autorité militaire et faire jouer toutes ses relations afin de trouver une place au front, quel que soit son emploi ; il « décide de vieillir en guerre » (page 8). D’abord rejeté, il obtient finalement un poste d’officier de liaison auprès du général Gallieni qu’il rejoint à la fin du mois de septembre 1914. Il parcourt alors le front nord et décrit par sa plume habituée les tableaux qu’il rencontre. Ceux-ci alimentent le journal intime de Pierre Loti mais servent surtout de base aux proses de la propagande anti-allemande pour devenir un homme public farouchement germanophobe, chantre du « bourrage de crâne » (page 9), l’un des « Rossignols du carnage » (page 11).

Rappelé officiellement à l’activité militaire, il est rattaché au ministère de la Guerre et reçoit différentes affectations. Il est ainsi nommé au Groupe des Armées du Centre, faisant fonction d’inspecteur de DCA puis aux armées de l’Est, à Mirecourt, (en 1915 à l’Etat-Major de Castelnau), avant d’être affecté dans la Somme. Outre une activité plus journalistique que militaire, il contribuera toutefois à la tenue de négociations secrètes entre la France et la Turquie dont il fut un des plus acharnés ambassadeurs. Il effectuera également des voyages de propagande en Italie avant d’être démobilisé en mars 1918. Maintenu de manière honorifique dans la zone des armées, il reste, en mai inspecteur des troupes noires.

Mais la guerre est longue et la vieillesse de l’écrivain l’oblige à des périodes de repos dans sa maison basque d’Hendaye. La lassitude et la maladie l’assaillent ; il est perclus d’angoisses, de désespoir, de solitude et est hanté par l’idée de la mort. Il est évacué le 31 mai 1918 pour raisons de santé et ne côtoie plus guère que de loin. Le 20 août 1918 et en prévision de sa mort, il cesse définitivement le journal de sa vie.

3. Résumé et analyse

Les présentateurs de cet ouvrage ont réalisé un impressionnant travail documentaire et explicatif sur Pierre Loti, son environnement et sa place dans l’actualité contemporaine de la guerre. Une longue note technique sur la méthode de transcription des notes de Loti nous renseigne sur sa pratique d’écriture (page 16). Ainsi, l’ouvrage présente, outre un rappel chronologique des grandes étapes de la vie d’une des plus grandes signatures de la fin du siècle dernier, des insérés également chronologiques de textes écrits pendant la guerre lors des visites au front et des voyages de leur auteur, qui s’érige aussi en témoin. C’est donc pour l’amateur de littérature et le passionné de Loti un ouvrage fondamental à la connaissance profonde de l’écrivain dans son intimité et sa psychologie.

Toutefois, cette présentation originale permettant un cadrage complet de la période présente l’inconvénient de redites fréquentes (voir le texte sur Venise) car Loti utilisait son journal comme base aux productions journalistiques. Mais le lecteur de penser aussi que ces textes sont également présentés dans une certaine exhaustivité pour rehausser l’intérêt du journal, bien pauvre sur le plan documentaire extra-biographique. Cet intérêt décroît encore au fur et à mesure de l’avancée de la guerre, où Loti ne voit plus que ses douleurs intérieures.

Ce journal de guerre n’offre donc qu’un intérêt très limité. En effet, Pierre Loti se révèle finalement un témoin étique car éloigné du grand cataclysme dont il ne veut pourtant pas être écarté. Ceci même si, le 23 décembre 1914, Loti achète un uniforme gris bleu qui se voit moins dans les jumelles allemandes ! (page 53). Pourtant, son journal ne reflète pas les expériences quotidiennes qu’il aurait pu décrire avec le même talent que celui qu’il employait à magnifier la France et ses alliés dans des textes d’un patriotisme enflammé et une germanophobie dure et durable (page 82) inversement proportionnelle à sa proximité de l’ennemi, qu’il appelle les « poux gris » en octobre 1917 (page 218). Il décrit les techniques allemandes pour empoisonner les puits avec de la créosote ou de la pourriture (page 153). Il analyse pourtant ces sentiments germanophiles ou germanophobes en Espagne (pages 123, note 103, page 162). Le 1er août 1914, il décrit l’ambiance à Rochefort et prophétise une guerre d’extermination, la plus atroce (page 39), faisant preuve de lucidité devant l’ampleur du cataclysme mondial à venir (page 40), même s’il pense à une guerre peu maritime et de quelques mois seulement (page 41). Il a quelques phrases originales sur le cheminement dans les boyaux (page 80) et des visions et impressions à conserver dans une ambulance de gazés (page 88), évoquant de grands feux pour neutraliser les gaz (page 90). De même sa vue d’un cimetière à Ville-sur-Tourbe et l’identification des tombes (pages 93 et 97). Quelques tableaux d’intérêt dans ses visites de Lorraine (Gerbéviller, Parroy, Lunéville, page 119), dans les Vosges (Saint-Dié le 25 juin 1916, la Fave, le 5 juillet 1916, l’Alsace et Gérardmer, pages 120 et 127 ou la Tête de la Behouille, page 270). Sa plume décrit une vision parabolique de canons, « bêtes apprivoisées » (page 132). On peut aussi garder l’intérêt de sa description de la guerre de montagne, dans les Alpes dolomitiques, et de ses spécificités (pages 124 à 127) ou d’un camp de Sénégalais (page 241).

Malgré cela, la guerre passe très largement au second plan par rapport à la psychologie et la succession de petits instants personnels formant le banal (et l’ennuyeux) quotidien de Julien Viaud-Loti. Au fil des pages, la noirceur de l’âme morbide et tourmentée du diariste prend le pas sur le témoignage de son temps et des événements exceptionnels dont il aurait pu être le témoin privilégié. Dès lors, peu de renseignements sont à tirer du journal d’un homme de lettre dont la plume descriptive s’embellissait d’une telle poésie, inemployée à décrire le quotidien d’un homme las pour lequel la guerre n’a pu réinsufler l’intérêt de la vie.

Quelques tableaux, notes et éclairages sont à extraire toutefois de cet ouvrage non iconographié qui laisse quelques zones d’ombre sur le personnage fort complexe à la vie et à la personnalité singulières (où la femme légitime de l’auteur est totalement éludée, par exemple). L’ouvrage comporte ainsi quelques pages utiles pour des tableaux d’ambiance, des paraboles littéraires, des reflets mondains ou le côtoiement de personnages contemporains.

A noter une excellente préface résumant l’ouvrage, une abondante partie « notes » et des références bibliographiques.

Yann Prouillet, CRID 14-18, décembre 2011

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.