Chirossel, Louis (1878-1915)

1. Le témoin

Né le 1er mars 1878 au Pouzin (Ardèche). Certificat d’études primaires. Service militaire au 3e RI de Privas, de 1899 à 1902. Musicien. Marié en 1903. Une fille, née en 1904. Artisan marbrier à Loriol (Drôme). Sa femme est couturière.

Mobilisé comme caporal au 119e RIT de Privas. Envoyé sur le front au 261e RI à la fin d’octobre 1914 (pour des situations proches, voir Barthas, Noé). Sergent en décembre. Blessé le 30 juin 1915, secteur de La Harazée, Argonne. Mort à l’hôpital d’Avignon le 18 août 1915.

2. Le témoignage

Correspondance adressée à sa famille (292 cartes et 153 lettres en un an). Larges extraits (65 pages) dans « Je suis mouton comme les autres ». Lettres, carnets et mémoires de poilus drômois et de leurs familles, présentés par Jean-Pierre Bernard et al., préface de Rémy Cazals, Valence, Editions Peuple Libre et Notre Temps, 2002, 503 p. [p. 24-89], illustrations.

3. Analyse

Au cours des premières semaines, il est clair que, pour Louis Chirossel, la guerre a pour responsable le « seul Guillaume que Dieu éreinte ». Mais en février 1915, il évoque déjà les « gros meneurs de guerre » français. Et en juin : « Les riches devraient bien y venir un peu ici, ils seraient moins patriotes ! » Il critique les embusqués qui se pavanent à Loriol, les officiers reluisants rencontrés au repos ; il demande à sa femme de ne pas croire les journaux.

Il décrit les tranchées, les avant-postes, les souffrances quotidiennes et les horreurs lors des attaques. Il s’étonne de la capacité d’adaptation de l’être humain. Il signale des exécutions pour abandon de poste et pour mutilation volontaire, ainsi que des échanges de produits avec les Allemands en première ligne.

La correspondance représente un lien fort avec sa femme et sa fille. Il donne des conseils concernant son activité civile du temps de paix. Il remercie pour l’envoi de « mets loriolais ». Il demande à sa femme de garder l’or et de ne pas le verser pour la Défense nationale. Il se félicite de n’avoir qu’une fille et de savoir qu’elle n’aurait pas à endurer de telles souffrances.

« Ce qui m’étonne, écrit-il le 3 février 1915, c’est de voir durer si longtemps pareille abomination que la guerre, car à qui peut plaire pareille brutalité ? Il me semble que cela a assez duré et que quiconque en a le pouvoir devrait essayer d’y mettre un terme, car c’est la ruine pécuniaire, morale et physique générale. Mais devant un pareil point d’interrogation, que faire ? »

Rémy Cazals, 02/2008

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.