Murat, Lucien (1895-1917)

Né le 10 novembre 1895 à Larequille (Allier). Comptable à la Compagnie des mines de Brassac (Puy-de-Dôme), il est ajourné pour faiblesse par le conseil de révision d’octobre 1914, à son grand désespoir de patriote. Il réussit cependant à partir le 8 septembre 1915 et il dit apprécier la vie en caserne, la théorie, les exercices, la nourriture, la camaraderie. En janvier 16, montée vers le front avec le 98e RI et, la vie de tranchée à peine découverte, il faut rejoindre Verdun au plus fort de l’offensive allemande, du 7 au 19 mars, journées qu’il a largement décrites dans un de ses carnets, terminant par : « Avec l’aide de Dieu, nous en sommes revenus ! Merci ! » L’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique conserve de lui quatre carnets de guerre, des notes et autres documents, des lettres à sa mère et à sa sœur, et des photos. Lucien exprime toujours ses sentiments d’affection pour les siens, de fidèle catholique et de patriote optimiste. La dernière lettre est du 10 avril 1917 ; la dernière date du carnet est le 12 avril. Il disparaît au combat devant Saint-Quentin et il est déclaré décédé en date du 13 avril (Mémoire des Hommes).
Rémy Cazals
* Fonds de l’APA n° 2941. Note d’Isabelle Valeyre dans Garde mémoire, 2011, n° 10, p. 21-22.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*