Cros, Berthe (1910-1992)

1. Le témoin

Berthe Cros est née le 12 mai 1910 à Villesèquelande, à dix kilomètres de Carcassonne. Son père est mobilisé dès 1914. Elle reste seule avec sa mère.

2. Le témoignage

Son témoignage oral a été enregistré en 1981 par sa petite-fille, Isabelle Cros. Transcrit par Claude Marquié, il a ensuite été publié dans Années cruelles. 1914-1918 de Rémy Cazals, Claude Marquié et René Piniès, Villelongue d’Aude , Atelier du Gué, coll. Terres d’Aude, 1983, 143 p.

3. Analyse

Le témoignage oral transmis par Berthe Cros en 1981 vient éclairer quelques aspects de la vie quotidienne des civils audois pendant les années de guerre.

En août 1914, Berthe n’est encore qu’une enfant, mais la rupture qu’a constituée l’annonce de la guerre est restée gravée : « Bien que n’ayant que quatre ans à la déclaration de guerre, je me souviens bien de cette journée car ce fut le début d’une chose affreuse. Mes parents dépiquaient au rouleau sur le sol et il faisait une grosse chaleur. Tout à coup, les cloches se mirent à sonner. Le tocsin ! Tout le monde s’écria : « C’est la guerre ! » Les gens ont tout laissé et se sont rassemblés devant la mairie, car ce n’était que là qu’on pouvait se renseigner, étant donné qu’il n’y avait ni radio, ni télévision. » Les travaux des champs sont suspendus et les premiers départs commencent. Parmi les mobilisés, son père : « Papa devait partir le soir même à Perpignan et tout le monde pleurait. […] Ça je me le rappelle, tout le monde pleurait… ».

Elle se souvient également que, « morte de sommeil sur l’épaule de Maman », elle attendait le passage en train de son père en partance vers le front. La foule est massée sur le quai et la petite fille est frappée par la cohue provoquée à l’arrivée du train en gare : « C’était affreux, je vois encore ces soldats aux portières, tout le monde qui criait quand le train est arrivé. »

La séparation est pénible et les lettres restent un lien vital entre les hommes au front et leurs proches restés à l’arrière. « Nous ne vivions qu’en attendant le facteur, dans un climat angoissant, car on a vécu longtemps sans nouvelles. »

La première permission, les difficultés matérielles, la pénurie alimentaire dans les campagnes, la pression sur les « embusqués », la mort des proches, le poids du deuil sur les familles qui impose une certaine réserve lorsque vient l’heure de l’armistice et du retour de son père, autant de thèmes évoqués dans ce témoignage qui gagne à être confronté à d’autres souvenirs de civils, ceux de Louis Cros ou de Juliette Eychenne par exemple, ou à des journaux et des correspondances, comme les écrits de Marie Escholier.

8/03/2009

Marty Cédric.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*