Cros, Louis (1906-1986)

1. Le témoin

Louis Cros, né le 7 janvier 1906, dans une famille d’agriculteurs. Il est l’aîné. Son frère a 5 ans en 1914 et sa sœur 2 ans. Son père est mobilisé en 1915. Blessé à la tête par un obus sur le plateau de Lorette le 20 juin 1915, il meurt un mois plus tard à  l’hôpital de Noeux-les-Mines, dans le Pas-de-Calais, où il est enterré.

2. Le témoignage

Louis Cros a été interviewé en 1980 par l’instituteur du village, Jean-Pierre Guilhem et les écoliers, dans le cadre du concours organisé par la FAOL et le CDDP. Ce témoignage oral, transmis par Rémy Cazals, a été publié dans Années cruelles. 1914-1918 de Rémy Cazals, Claude Marquié et René Piniès, Villelongue d’Aude , Atelier du Gué, coll. Terres d’Aude, 1983, 143 p.

3. Analyse

Louis Cros, encore enfant au moment de l’entrée en guerre se souvient de l’état d’esprit des premiers mobilisés : ceux qui devaient partir, « ils l’ont pris très bien. Ils disaient, la majeure partie : « Oh ! Avec l’armement qu’il y a aujourd’hui, dans huit jours on sera à Berlin. Avec l’armement qu’il y a, e ben, aujourd’hui, c’est pas besoin de s’en faire ! » Ils partaient comme ça, ils partaient contents. Mais malheureusement, la majeure partie ne sont pas revenus. » La publication d’un tel témoignage avec ceux d’autres civils, comme Berthe Cros ou Juliette Eychenne, présente un intérêt certain, celui d’offrir d’autres regards sur le même événement et de rappeler la complexité des sentiments des Français à l’entrée en guerre.

Louis Cros témoigne également des difficultés matérielles rencontrées par les civils, de la lourdeur des réquisitions, des cartes de ravitaillement ; mais ses souvenirs sont avant tout ceux d’un enfant dont la vie a été profondément bouleversée par la guerre : en effet, avec le départ de son père, Louis Cros a dû aider sa famille en s’occupant de la ferme. Lui qui participait déjà à la vie de la ferme avant la guerre est amené à prendre plus de responsabilités dans l’exploitation familiale. L’école passe au second plan : « A l’école, j’y allais l’hiver, quand il faisait mauvais, mais pas l’été. Et pendant la guerre, j’y suis été une paire d’années, mais après j’y suis plus été. J’avais des vaches à soigner, et mon frère avait cinq ans, ma sœur deux ans, et ma mère, et personne pour travailler. Mon père était sur le front. » A propos des travaux des champs, Louis Cros précise : « Je le sais personnellement, je sais ce que c’est ! Je menais la charrue pour semer les pommes de terre, j’avais huit ans. Je mettais la charrue sur l’épaule pour tourner au bout… Il fallait semer des pommes de terre pour manger, parce que c’était pas la peine d’aller chez l’épicier, il n’y en avait pas… »

08/03/2009

Marty Cédric.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*