Granier, Louis (1886-1915)

1. Le témoin
Il est né à Candoubre, commune de Murat-sur-Vèbre (Tarn), le 1er novembre 1886. Famille de cultivateurs catholiques. Mobilisé au 47e BCA, il combat dans les Vosges et il est tué au Reichackerkopf le 18 avril 1915. Son corps n’a pas été retrouvé. Dans une lettre sans date à sa sœur, il avait écrit : « Tu me demandes des nouvelles de Julie, elle est chez ses parents, nous sommes tous les deux contents pour le moment de ne pas être mariés, nous attendons le retour et puis l’on verra les événements si j’ai le bonheur de retourner. »
2. Le témoignage
« Il ne reste de lui que quelques photos et ce paquet de lettres », écrit sa petite nièce en présentant son témoignage dans les Cahiers du Centre de recherches du patrimoine de Rieumontagné (2006), sous le titre « Si j’ai le bonheur de retourner… ». Les 36 lettres et cartes postales, entre le 21 août 1914 et le 15 avril 1915, envoyées à ses parents et à sa sœur, domestique dans un château de l’Hérault, en disent beaucoup en peu de phrases. L’orthographe a été corrigée dans la transcription, mais plusieurs cartes sont reproduites en fac-similé.
3. Analyse
À l’arrivée à Draguignan (21 août), Louis constate : « Chère sœur pour le moment je ne suis pas trop mal mais on nous a donné un sac pesant presque autant que nous. Je ne sais pas comment je ferai pour faire campagne. » Dans les tranchées, écrit-il, « vous pouvez croire qu’il n’y fait pas chaud ». Et il précise (20 décembre) : « Nous avons un bain à pleins souliers. Heureusement nous avons fait une guitoune avec quatre camarades, et il n’y pleut pas, nous sommes là comme des rois. Seulement nous avons une chose bien malheureuse, nous ne pouvons pas y mettre assez de terre dessus pour nous garantir des grosses marmites ; à part ça nous n’avons rien à craindre des balles. Nous y avons fait une espèce de cheminée, donc nous y allumons un petit feu sombre la nuit qui nous remet de la mort à la vie quand on vient de prendre la faction et c’est là sous ce terrier auprès de la cheminée de terre que nous passerons le réveillon de la Noël si Dieu nous donne cette faveur. » Il échappe quatre fois à la mort dans des combats et, au repos, il remarque (26 janvier 1915) : « Je vous dirai que nous sommes à l’arrière depuis le combat du 14 janvier mais le repos n’est pas du repos car je fais de l’exercice comme un bleu mais ça ne me décourage pas malgré nos jours de campagne. Je préfère faire de l’exercice que d’aller entendre siffler les balles et les obus dans les tranchées. »
Comme tout un chacun, il tient à rester en contact étroit avec la famille, le village, le canton, par exemple le 16 octobre : « Lorsque vous me ferez réponse vous me direz des nouvelles du pays si vous en savez de ceux qui sont partis de mes camarades de Condomines. Celui de Cros a été blessé. » Et le 26 janvier, à sa sœur : « Tu me dis sur ta dernière que vous recevez de bien tristes nouvelles, ça je le comprends mais nous qui voyons ce qui se passe c’est encore pire. Je ne peux pas décrire ce qui se passe. Je t’en dirai plus long si le bon Dieu veut que nous nous revoyions un jour. » Dès le 4 novembre 1914, apparaît le désir de paix, désir partagé : « Donc pour moi j’aurai beaucoup de choses à vous raconter sur le champ de bataille mais ce serait trop long et je le garde pour le jour où nous aurons la paix et j’écris principalement de ce que nous parlons nous autres de la paix. » Le 20 décembre 1914 : « Nous mettrons le petit sabot pour que le petit Jésus nous apporte le petit cadeau que nous désirons depuis quelque temps : la paix… la paix pour tous. Elle est à désirer tant pour vous que pour nous. » Le 8 mars : « Rien de plus vous dire que de prier pour la paix. »
La dernière lettre de Louis Granier à ses parents est du 15 avril 1915 : « Je réponds à votre courrier du 8 toujours bien portant et bien fier espérant toujours que Dieu me conservera cette santé et qu’il nous donne bientôt une paix car hélas on commence à penser qu’elle ne finira pas. Malgré ça j’ai toujours l’espoir qu’elle finira le jour qu’on y pensera le moins. Quant à moi je suis pas le plus malheureux vous pouvez le croire je n’ai pas un chagrin et je suis toujours content, je prends ces temps-ci l’horrible comme s’il était bien bon et les jours passent les semaines aussi et nous arriverons au bout de l’année sans y penser. Je vous dirai que nous faisons toujours le même travail, quelques jours de tranchées puis du repos. Le temps est toujours à peu près le même, il neige, il pleut, il fait bien mauvais temps isolé dans les bois comme les bêtes sauvages ; vous pouvez croire que si nous pouvons le quitter ce pays, que la guerre soit finie, je ne le regretterai pas. Vous me parlez des camarades du pays, il y en a parmi qui ont de la chance je vous l’assure tout le monde ne peut pas l’avoir et je ne lui souhaite pas du mal, pour ça nous sommes assez de souffrants. Pour le moment pas d’autres nouvelles, les camarades se portent bien. Tout ce que nous avons à dire quand on se trouve de parler du pays et le bonheur que nous aurions si nous pouvions voir la fin, ça nous paraîtrait pas possible. Rien de plus à vous dire, votre dévoué qui de bien loin vous embrasse bien fort. »
Rémy Cazals

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*