Devoise, Emile (1886-1971)

Cet ouvrier du cuir est né à Romans (Drôme) le 23 mars 1886. Partisan d’un christianisme social, il est proche du Sillon de Marc Sangnier. Il est mobilisé au 252e RI en août 1914. Le 26 octobre, il entreprend de mettre au propre, sur un petit carnet, les impressions et les faits consignés au jour le jour dans les moments de loisir que lui laissent ses fonctions de cuisinier. Les notes vont ainsi du 2 août au 13 novembre. Peut-être existait-il d’autres carnets, mais ils n’ont pas été conservés.
Voici ses impressions du 2 août 1914 : « La générale vient de sonner. La République a jeté l’appel : aux armes, citoyens ! Les premiers moments d’effroi passés (une guerre au XXe siècle, est-ce possible ?), le peuple a répondu présent. L’enthousiasme est délirant, impressionnant, on envisage le sacrifice suprême avec sang-froid. C’est pour la civilisation que nous luttons, et nous, républicains, nous sentons que notre devoir est là tout entier car, vainqueurs, et nous le serons, nous ouvrirons des horizons nouveaux aux peuples écrasés par les tyrans, et les appellerons à communier à notre idéal de liberté et de fraternité. Nous aurons accompli le labeur, si dur soit-il, que nous impose l’évolution démocratique. C’est la guerre à la guerre. La caste militaire prussienne est jugée. L’épée de Damoclès qu’elle laissait suspendue sur la tête de l’Europe s’abattra sur elle et l’anéantira, donnant enfin aux peuples des possibilités de travailler à leur bien-être, en diminuant les charges militaires qui nous écrasent. » Dans le courant d’août et septembre, Émile découvre les réalités, les blessés, les morts, les villages qui brûlent, « l’horreur du champ de bataille ». « Quelle terrible calamité que la guerre ! », écrit-il le 5 septembre. Il condamne les pillages opérés par les Français eux-mêmes : « Tous les intérieurs ont été saccagés ; les souvenirs les plus chers traînent dans un désordre indescriptible. Une bonne femme, avec son enfant, à laquelle nous offrons de partager notre repas (elle accepte), se plaint ; on a, jusqu’aux jouets de son petit, tout cassé, rien n’a été épargné. » La veille, 13 septembre, il avait noté qu’un Allemand capturé était tout étonné de constater que les Français ne torturaient pas les prisonniers ; et qu’un caporal français blessé avait été réconforté par les ennemis sur le champ de bataille. Le 13 novembre 1914, le carnet se termine sur « la certitude que nous entrons dans la victoire finale », victoire qui sera payée fort cher, mais « la lutte suprême contre cet horrible cauchemar qu’était le militarisme » est nécessaire. Ce « moloch impitoyable » va mourir. « Et nous pourrons désormais saluer l’aurore d’une Europe réconciliée, laborieuse et fraternelle. » En novembre 1914, c’est une prédiction bien idéaliste. On ignore tout d’une éventuelle évolution de l’auteur au cours de la guerre.
Les présentateurs du témoignage nous disent que ses compétences dans les métiers du cuir et « ses engagements favorables à la Résistance » lui valurent d’être nommé à la Libération, en 1944, à la direction d’une entreprise de tannerie de Romans « dont les dirigeants s’étaient quelque peu fourvoyés dans la collaboration ».
Rémy Cazals
* Je suis mouton comme les autres, Lettres, carnets et mémoires de poilus drômois et de leurs familles, présentés par Jean-Pierre Bernard et al., Valence, Peuple libre et Notre Temps, 2002, p. 468-483.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*