Carrias, Eugène (1895-1961)

1. Le témoin
En 1948, Eugène Carrias, qui fut sous-lieutenant d’infanterie à Verdun, présenta en Sorbonne une thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Pierre Renouvin, lui-même ancien combattant. Le sujet : La pensée militaire allemande. D’autres livres, articles, conférences avaient précédé cette soutenance, et allaient suivre, jusqu’à son dernier livre, en 1960, La pensée militaire française.
L’auteur est né le 13 avril 1895 à Grenoble, et fut élevé par son oncle, professeur au lycée de Nîmes. Il y fit lui-même ses études et, après le bac, y prépara Saint-Cyr. Après son succès à l’écrit en 1914, il profita du décret qui déclarait reçus les admissibles qui s’engageraient tout de suite. Sous-lieutenant en janvier 1915, il fut affecté dans le secteur de Verdun, au 164e RI. Blessé le 23 février, il dut être amputé de l’avant-bras gauche. Lieutenant en janvier 1917, il remplit diverses fonctions comme interprète. Marié en 1922, il suivit des cours à l’Ecole de Guerre et en sortit breveté d’Etat-Major. Sa carrière d’auteur est évoquée plus haut et détaillée dans le livre de ses souvenirs de 14-18.
2. Le témoignage
Le livre d’Eugène Carrias, Souvenirs de Verdun, Sur les deux rives de la Meuse avec le 164e RI, est publié en coédition par Patrimoine du pays de Forcalquier et C’est-à-dire éditions, avec présentation, notes et postface d’Emmanuel Jeantet, 2009, 271 p., illustrations (photos prises par l’auteur). Ces souvenirs n’étaient pas destinés à la publication, mais ils sont rédigés comme un livre, confié à des amis, et vraisemblablement connu de Jules Romains. Le texte, rédigé avant 1928, est trop précis pour qu’il ne s’appuie pas sur des notes prises au moment. Il manque cependant de dates, mais des extraits du JMO du 164e viennent combler la lacune. Le livre donne aussi le texte d’un cahier préparatoire pour la période cruciale du 9 au 22 février 1916.
3. Analyse
Dans les premiers jours, les départs se font sous les acclamations et « on s’étourdit de bruit, on s’enivre de paroles pour étouffer l’émoi que fait naître chez tous les menaces indécises de l’avenir ». On pourchasse les « espions », et les commerçants arborent un drapeau pour affirmer qu’ils sont de bons Français et éviter les bris de vitrines. Les défaites entraînent la montée vers le front de réservistes consternés de devoir partir. Les blessés raillent les journaux qui additionnent les milliers d’ennemis hors de combat : « si ça continue […] il n’y aura plus un Boche pour faire la guerre ».
En 1915, le jeune Carrias occupe des secteurs plutôt calmes : « pas un coup de fusil » ; Allemands « de bonne composition ». On vit la « vie terne des tranchées ». Chacun s’ingénie à améliorer ses conditions de vie, et les ordonnances font de même pour les officiers. Au printemps, alors qu’il avait eu l’espoir de partir en Orient (« mirages dorés »), Carrias reste avec son régiment aux environs de Verdun. Il décrit le village de Béthincourt en ruines. « Une vie de fonctionnaire de province terne et régulière » reprend. Les hommes se transforment en bûcherons ; les officiers jouent au poker quand ils ne croulent pas sous la paperasse administrative ; « les maisons où l’on vend à boire regorgent de monde » ; des jeunes filles et des soldats vont par bandes ». La tranquillité n’est troublée que par deux exécutions, ce qui, pour Carrias, « servira d’exemple aux fortes têtes ». Mais il rapporte les dernières paroles de l’un d’eux, adressées au peloton d’exécution : « Alors quoi, vous n’allez pas faire ça ! Je suis votre copain et vous voulez me tuer… Je n’ai rien fait… C’est une blague ! Je ne veux pas mourir… Eh bien ! Les copains, vous n’entendez pas ? » On comprend qu’une sentinelle endormie remercie l’officier de lui avoir passé un savon sans que les supérieurs soient informés.
Il y eut cependant une attaque, le 5 avril 1915, et le récit de Carrias fourmille de détails concrets : avant de se lancer, on allège les sacs ; la boue dans laquelle on doit se coucher bloque les culasses des fusils et on ne peut pas tirer ; le casse-croûte mêle « pain, viande et boue » ; les blessés « se lamentent dans les champs et crient pour demander du secours ; « la pluie a repris, elle tombe serrée et froide » ; pour la nuit, les hommes creusent des trous individuels, et les ordonnances en préparent de plus profonds pour leurs officiers. Après la relève, le guide perd son chemin. Louis Barthas et bien d’autres ont décrit de telles scènes ; même similitude dans l’évocation des petites « satisfactions matérielles et terre à terre » ; et encore de la première permission qui fait découvrir la guerre vue par l’arrière, « factice, rapetissée, déformée, présentée sous forme de clichés ».
Le dernier chapitre concerne le tout début de la bataille de Verdun en février 1916. L’attaque allemande est annoncée par divers signes : on découvre des brèches dans les réseaux de fil de fer ennemis ; on distingue des mouvements de troupes qu’un barrage d’artillerie tente de perturber. Lorsque le Trommelfeuer se déclenche, il est aggravé par le tir trop court des 75 français. Eugène Carrias est enterré sous son abri effondré. Ses hommes le dégagent ; il est gravement blessé au bras, évacué vers le poste de secours. Il faut l’amputer. Il termine cependant son récit par un cri de joie : « Je vis, j’ai le droit de vivre et je n’ose croire à mon bonheur. »
Rémy Cazals, décembre 2011

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*