Pergaud, Louis (1882-1915)

« Ça continue, je lâche le crayon et vive la France ! » (8 octobre 1914). Ce passage illustre à lui seul l’état d’esprit dans lequel l’écrivain Louis Pergaud, prix Goncourt 1910 avec La Guerre des boutons, a rédigé son carnet de guerre. Ce dernier  témoigne en tout cas, à travers une écriture directe, et grâce à la présentation critique de son édition par Françoise Maury, de l’expérience d’un homme de lettres appelé par la conscription au combat, soucieux de noter fidèlement sur son petit carnet marron ce qu’il vit, avec un certain talent de narrateur. Mobilisé dès l’entrée en guerre d’août 1914 au 166e R.I. cantonné à Verdun, il restera avec son unité dans le secteur au Sud-Est de cette ville jusqu’à sa disparition en avril 1915.

Pergaud retient d’abord l’incorporation et l’intégration au groupe des camarades de l’escouade du peloton des futurs sous-officiers, et à celles encore plus restreintes des camarades choisis (« la vie à trois s’organise ») à la caserne, mais qui partent à tour de rôle dans des directions différentes. Stéréotypes énoncés envers les Méridionaux, échos des « atrocités allemandes » et des « batailles » se succèdent dans les notes de l’écrivain jusqu’au départ au front en octobre 1914 après une courte formation. D’emblée, les « mots » de guerre de Louis Pergaud montrent un soldat investi dans son rôle de cadre combattant et une adaptation vitale aux conditions de vie et de combat. Il nous rappelle la violence des engagements de l’automne, ici autour de Verdun, chacun des deux armées ayant encore la perspective de prendre rapidement l’avantage.

L’intellectuel entre en contact avec toutes les composantes sociales et régionales de la société, intégrant l’argot de caserne et des tranchées qui s’installent avec la fixation de la ligne de front et en parallèle, le brassage et de la mobilité des hommes de secteurs en secteurs. Arrivé dans les tranchées, Louis Pergaud conserve son « métier » d’écrivain et rédige la préface du journal de son capitaine de compagnie, tout en s’incorporant au groupe des sous-officiers dont il narre le quotidien. Le rôle du sous-officier d’infanterie paraît difficile puisqu’il s’agit de régler en guerre la vie en communauté, sous les ordres d’officiers parfois peu altruistes : distribuer équitablement abris, postes et nourriture, surveiller et punir, régler les litiges entre les hommes et avec les civils, et sermonner les « poilus » qui « pissent » littéralement sur leurs camarades endormis (9 novembre). La guerre racontée par Pergaud est donc celle « au ras du sol », qui évite les grandes tirades et les réflexions panoramiques, pour s’attacher aux détails signifiants. Il trouve dans son nouveau « métier » à la fois une communauté, celle des sous-officiers « dans la tranchée » avec qui il partage les tâches, les corvées, les colis. C’est pour lui le cadre de la camaraderie masculine construite aussi par l’autorité militaire (appel des morts de la compagnie – 31 décembre 1914) qui ne va pas d’ailleurs toujours de soi, tant le camarade militaire peut être un « puant individu », ou porteur d’une identité de « caste » (p. 70).

La sanction positive devient un des horizons d’attente : devenir adjudant et coudre l’écusson du grade ou acheter après cette nomination sa gaine de revolver ; être proposé sous-lieutenant, autant de perspectives notées avec régularité dans le carnet de Pergaud qui témoigne de la force d’attraction de la hiérarchie : il s’agit aussi de briller et se rapprocher du monde des décideurs.

En février 1915, Pergaud n’a pas perdu son coup de plume et témoigne des échos de la bataille des Eparges. Les 18 et 19 mars, il connaît la violence décuplée des assauts devant Marchéville-en-Woëvre qui monte d’un cran, avec l’écrasement des hommes présentés comme spectateurs. L’écrivain n’hésite pas à noter l’horreur de la situation : « Le soir, la 1ère compagnie seule doit recommencer l’opération. C’est ridicule et odieux ! Et le 75 nous a tapé dessus achevant les blessés de P3 » ; « Danvin manque de se noyer dans un trou plein de boue, de sang, de pissat et de merde. » Il semble que Louis Pergaud ait été blessé dans la nuit du 7 au 8 avril 1915, pulvérisé ensuite sur le champ de bataille par les mêmes tirs des canons français.

Bibliographie :

. Pergaud Louis, Carnet de Guerre, Paris, Mercure de France, 2011, 158 p.

. Les Tranchées de Louis Pergaud, Connaissance de la Meuse, 2006.

Lafon Alexandre, février 2012

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*