Sun Gan (1882-19..)

Né en 1882 au village de Heshang Fang, district de Boshan, province du Shandong. En 1917, il est âgé de 35 ans et père de trois enfants. Instituteur, voulant connaitre le monde pour s’instruire et ensuite transmettre son acquis, il se fait engager par les Anglais dans le Chinese Labour Corps pour aller travailler sur le sol français, en arrière des lignes du front. Il quitte Qingdao le 23 juillet 1917 sur un navire qui le dépose à Vancouver après une traversée éprouvante de l’océan Pacifique. La suite du parcours se fait en train jusqu’à Halifax, puis à nouveau en bateau vers la France. Sun Gan travaille alors pour l’armée britannique à Hazebrouck, d’abord comme ouvrier, puis comme cadre, promotion due au fait qu’il était un des rares instruits parmi une majorité d’illettrés.
Il est revenu dans sa province du Shandong en 1919 et a fondé avec sa femme une école pour les filles, pensant que leur éducation était la clé du progrès de son pays.
Son récit a paru en Chine en 2009 sous un titre traduit par Carnet de notes d’un travailleur chinois pendant la guerre européenne. Il rapporte des anecdotes et ses impressions sur son travail, sur les énormes pertes de la guerre, sur les coutumes (les femmes plus éduquées et plus indépendantes que dans son pays, la danse, le travail du chien de berger…).
Résumé d’après l’article très documenté de Li Ma, « Travailleurs chinois à l’arrière pendant la Grande Guerre », dans Travailler à l’arrière 1914-1918, Actes du colloque international de mai 2013, Carcassonne, Archives départementales de l’Aude, 2014, p. 145-159, avec portrait de Sun Gan. Voir également le livre collectif dirigé par Li Ma, Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale, Paris, CNRS éditions, 2012, 560 p.
Rémy Cazals, mars 2016

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*