Hayes, Marie (1874-1958)

Voici un témoignage curieux : Saint-Eleuthère (sœur), L’occupation allemande de Noyon, 1914-1917, Les carnets de guerre d’une sœur infirmière, Louviers, Ysec, 2003, 144 p. C’est grâce à Jean-Yves Bonnard et à la Société historique de Noyon que nous avons pu identifier l’auteur comme Marie Hayes, née à Issoudun (Indre) le 5 janvier 1874, entrée en 1897 dans la congrégation de Saint-Thomas de Villeneuve sous le nom de sœur Marie-Eleuthère, ayant prononcé ses vœux perpétuels le 22 septembre 1902, décédée à Rennes le 24 décembre 1958.
Elle est infirmière à l’hôpital-hospice de Noyon (Oise) quand se déclenche la Première Guerre mondiale. Le 26 août 1914, elle consigne dans un journal, repris et complété en 1918, les événements qui se produisent dans son entourage immédiat et dans la cité. Elle y vit l’arrivée des troupes françaises et anglaises avant que la ville soit envahie par l’ennemi, le 30. Dès lors, après les premières heures d’incertitude et d’angoisse qui accompagnent cette installation d’un ennemi redouté, réputé barbare, se met en place sa domination militaire et sa méthodique organisation. Très vite, réquisitions, brimades et suspicions pèsent sur le quotidien des religieuses, quasi chassées de leur hôpital. Les mois s’écoulant, sous la menace constante de la mort par bombardement, et dans l’espoir d’une délivrance par les soldats français si proches, la ville sombre dans la misère et les privations, à peine minorées par l’assistance américaine. Réquisitions et suppression des libertés rendent le quotidien pénible, dont la sœur se fait la narratrice. Menacée d’expulsion, elle se prépare à quitter ses malades quand elle contemple pleine d’espoir les travaux singuliers de l’ennemi. Celui-ci, fait confirmé par le pillage à grande échelle des dernières ressources de la cité, s’apprête à abandonner la ville dans un repli stratégique synonyme de nouvelles angoisses mais aussi d’espoir. Les 16 et 17 mars 1917, derniers jours d’occupation, s’accompagnent d’incendies et de destructions quasi systématiques. Ces dernières heures d’épreuve se terminent le dimanche 18 avec l’arrivée de soldats français et britanniques, éclaireurs d’une délivrance aux joies indicibles. Hélas, un an plus tard, jour pour jour, de nouvelles transes font reprendre la plume à sœur Eleuthère qui, du 18 au 24 mars 1918, raconte son évacuation d’une ville sous la menace d’une nouvelle occupation, prélude à la seconde bataille de la Marne.
Ce sont parfois des regards religieux qui nous font vivre les affres de l’occupation allemande des pays de France envahis. Ce texte reconstitué offre le double intérêt de présenter un journal de guerre de civile et de participer à l’histoire de l’Oise dans la Grande Guerre. Particulièrement riche dans les détails révélateurs du martyrologe des populations envahies, il décrit la vie quotidienne dans une ville proche du front, sous la menace du bombardement et de l’évacuation totale. Il livre des pages riches sur les derniers jours de l’occupation et la politique allemande de la terre brûlée avant le repli. L’ouvrage voit son intérêt légèrement minoré par la réécriture d’après-guerre et son absence de continuité.
Parmi les détails du récit, on peut noter la vue d’un général français blessé payant une voiture 120 francs pour fuir, le 30 août 1914 ; l’arrivée de soldats allemands demandant d’abord du champagne ; le pillage dans les commerces, les vols de vélos et de bijoux ; la peur du soldat noir chez des blessés allemands après la bataille de Verberie ; les morts placés dans des sacs ; l’enterrement des valeurs ; la carence d’huile, remplacée par de la graisse de cheval ou par les restes des boîtes de sardines jetées par les soldats allemands. La sœur se pose des questions quand elle constate que « les Allemands font enlever tous les uniformes des blessés en traitement au théâtre, probablement pour les renforts qu’ils attendent ». Elle évoque le comportement d’ennemis qui s’étaient blessés mutuellement, devenus amis, et Noël 1914 quand les blessés français reçoivent aussi leur colis contenant cigares, cigarettes, tabac, briquets, pipes, couteaux, chocolat, petits fours, manchettes, mouchoirs, chaussettes et même une photo du Kaiser. Elle voit un officier japonais prisonnier (15-2-15), et elle entend les rumeurs de mutineries allemandes (1-3-15). Elle rapporte que « trois femmes sont faites prisonnières pour avoir caché pendant trois mois dans leur cave un déserteur allemand. Celui-ci va être fusillé » (20-4-15). Elle rapporte le fait que ceux qui ne saluent pas les soldats allemands « sont conduits place de l’Hôtel de Ville où ils doivent saluer publiquement un mannequin revêtu de l’uniforme allemand et payer une amende ». La situation se dégrade et, le 1er juin 1916, « pour la première fois, nous mangeons du chat ». De fait, la situation des rats s’en trouve « améliorée » ; ainsi, le 14 octobre, elle rapporte : « Le commandant de place fait afficher que les habitants doivent détruire les rats et en apporter les cadavres à la Kommandantur où il leur sera remis un sou par tête. Nous sommes infestés de ces rongeurs depuis que les chats, étant dans l’impossibilité de les nourrir, furent mangés ou noyés. De plus tous les chiens ratiers ou autres ayant été imposés, la plupart de leurs propriétaires les ont fait abattre. » Le suicide d’une femme, les enfants blessés par une grenade ramassée ou par un détonateur, une civile blessée par imprudence témoignent du long calvaire des populations envahies. Le manque est total et la moindre petite attention devient un trésor : « Il sera remis une aiguille à chaque personne, cette nouvelle nous fait plaisir, car ce modeste objet nous fait défaut depuis longtemps. Nos amis d’Amérique pensent à tout. » Le froid de janvier 1917 est particulièrement éprouvant sans charbon, « les burettes étant gelées le prêtre est obligé de mettre dans le calice un morceau de glace pour remplacer l’eau ». Dès lors, « les escaliers, parquets, portes et fenêtres et même les meubles des maisons sont convertis en bois de chauffage par les soldats ». Certes, d’inévitables phrases dont la véracité semble plus douteuse, voire révélatrice de la littérature de bourrage de crâne, ponctuent le témoignage : les clochers servant de signaux ; l’empilement pyramidal des cadavres allemands ; le bombardement de la gare de Saint-Quentin par un Zeppelin retourné par les Français déguisés en soldats allemands, bruit qu’elle réitère plus tard pour un avion allemand, piloté par des Français.
La présentation de Jean-Yves Bonnard rappelle la rareté des témoignages dans cette ville presque rasée à la fin de la guerre. L’ouvrage est enrichi de documents iconographiques en cahier central.
Yann Prouillet

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.