Lemaître, Achille (1893-1979)

1. Le témoin
Achille Lemaître, tout juste diplômé de l’Ecole Nationale des Industries Agricoles de Douai (Nord), est incorporé au 110e RI de Dunkerque en novembre 1913. Embarqué le 30 août 1914, débarqué une première fois à Honfleur, sa compagnie est finalement convoyée jusqu’à la Rochelle d’où elle atteint son nouveau dépôt à Sarlat (Dordogne) le 12 septembre. L’auteur y reste jusqu’en avril 1915, puis combat ensuite aux Éparges, dans l’Aisne et à Verdun, du 26 février au 31 mars 1916. Il passe ensuite sur le front de la Somme (août – octobre 1916), revient en Champagne puis est blessé lors de l’offensive du 16 avril 1917. Rétabli et promu caporal, il est chargé de l’instruction de la classe 1918, puis après l’armistice de celle de la classe 19 au 43e RI de Lille. Il exercera après le conflit les fonctions de receveur aux Contributions Indirectes de la Seine-Inférieure.
2. Le témoignage
Les carnets de guerre d’Achille Lemaître, découverts par la famille en 1987, ont été retranscrits par son petit-fils Max Lemaître dans Carnets de guerre – Achille Lemaître, l’intimité et le quotidien d’un soldat, autoédition, sans date (après 2005), 108 p., ISBN 978-2-9563466-0-9. De facture soignée, le livre contient la retranscription intégrale de deux carnets, le premier intitulé «Récit journal » et le second «Carnet de notes et impressions». Les éléments complémentaires (photos, lettres, certificats) qui accompagnaient les documents ont été reproduits, et Max Lemaître a ajouté des extraits du J.M.O. du 110e ainsi qu’une série de cartes postales et de photographies extérieures au corpus : ces ajouts représentent environ les deux tiers de l’ensemble, les carnets en eux-mêmes étant assez succincts.
3. Analyse
Les carnets d’Achille Lemaître consistent en des indications brèves, mentionnant des activités, des changements de lieu ou des petits faits saillants. Les mentions peuvent être journalières, mais regroupent aussi souvent un laps de temps d’une semaine à quinze jours. L’auteur décrit en septembre 1914 son périple en bateau depuis Dunkerque, puis à l’automne la vie à Sarlat, avec l’exercice et la manœuvre, en alternance avec les parties de manille chez l’habitant où il est logé. Le sort de l’auteur semble privilégié, puisque son séjour dans le Périgord dure jusqu’à avril 1915, mais tous ne sont pas logés à cette enseigne (11 octobre 1914, p. 26) : « Cartouches arrivées. 2 départs : un sur le front, les jeunes classes 14 à La Courtine. Réponds à la lettre de Papa. ». C’est lui, mentionne-t-il, qui demande à partir au front fin mars 1915. Le recueil contient aussi des descriptions, prises dans un ouvrage d’histoire locale, des changements de la vie locale à Sarlat avec l’afflux créé par l’arrivée du 110e RI et celle de nombreux réfugiés.
La défense devant Verdun concerne les débuts de l’offensive allemande car, alertés le 22 février, ils sont en ligne le 25, lui étant devenu téléphoniste; la mention du 28 février dit par exemple (p. 67) : « A 2 h du matin, je vais conduire deux blessés au village de Fleury, plus de route, rien que des trous de marmite, reviens vers 5 h. A 6 h je repars pour Souville chercher du fil à Fleury. Spectacle terrible et inoubliable : morts sur la route, dans les granges encore des morts, dans les cours des fermes chevaux tués, automobiles tordues réduites à des morceaux de ferraille. Rien à manger, pas de ravitaillement, 4e nuit blanche. » Passée sur la Somme en août 1916, son unité est engagée dans la deuxième partie de l’offensive, non sans avoir fait un match de football contre les Anglais à Corbie, « ensuite (27 août, p. 77) bombe avec les Anglais, bocks et demis épatants au café de l’Union. » Le carnet évoque l’attaque et la prise de Combles (26 septembre 1916, p. 80) « J’entre un des premiers dans Combles, partout on fait des prisonniers (…) le spectacle le plus épatant était de voir les Boches sortir de leurs tranchées en levant les bras et en criant : « Kamarades ! Kamarades ! » Du 11 septembre au 6 octobre, c’est une succession d’attaques ou de positions de soutien avec l’espoir continu et déçu de la relève: ainsi le 29 septembre (p. 82) « les hommes n’en peuvent plus, sont absolument épuisés » ou le 3 octobre «Une chose qui ne m’étonnerait nullement, c’est qu’on remonte en ligne pour quelques jours et cependant les hommes sont dans un état de fatigue extrême. »
Le carnet s’arrête brutalement après le 8 octobre 1916, sans que l’on en connaisse la raison. Il s’agit donc d’un témoignage assez ponctuel, qui est essentiellement développé par des ajouts du petit-fils. Ceux-ci sont intéressants lorsqu’il s’agit de photographies datées, notamment celles d’Achille avec son frère Jean, lui aussi sergent au 110e RI, ou de documents clairement identifiés qui permettent d’incarner le témoignage. L’entrelacement de nombreuses photographies ou cartes postales extérieures, même si elles partent d’une idée louable d’illustration, et même si elles sont en général de qualité, finissent par noyer un peu le témoignage ; si elles n’apportent rien à l’Histoire, elles restent toutefois bien légitimes dans ce qui est d’abord un ouvrage de Mémoire.
Vincent Suard, mars 2020

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.