Fenix, Laurent, Joseph (1892–1958)

1. Le témoin

Laurent Joseph Fenix est le né le 19 mai 1892 à Grignon, en banlieue d’Albertville (Savoie), où son grand-père est bûcheron charbonnier. Une de ses filles, paysanne gardant les chèvres, épouse un journalier agricole qui travaille également comme ouvrier de four à plâtre. De cette union naîtront 12 enfants survivants (sur 14 conçus), dont Laurent, 7ème de la fratrie. Il va quelques années à l’école où l’instituteur, républicain anticlérical, aura manifestement une influence sur le jeune garçon. En effet, il ne comprend pas une religiosité de sa mère confinant à la bigoterie, malgré ses conditions d’extrême pauvreté. Loué comme berger par son père, il quitte rapidement les études pour devenir ouvrier agricole. Adolescent, il devient ramoneur (et il y gagne le sobriquet de « souris ») et, bon ouvrier, va jusqu’à diriger une équipe. Jeune adulte, il quitte le métier et, après deux années d’apprentissage, devient charpentier. Toutefois, devant souscrire à ses obligations militaires, il rejoint le 133ème R.I. de Belley (Ain). Il devient tampon[1] d’un caporal puis d’un sous-officier avant d’être employé comme menuisier dans un atelier de sapeurs. La guerre l’affecte à la 4ème compagnie du 133 qui part en Alsace dès les premiers jours d’août 1914. Blessé gravement à la tête par une torpille française le 9 juillet 1915, en reprenant la colline de La Fontenelle dans les Vosges, il est évacué. Commence alors une longue période entre hôpitaux de traitement et de convalescence, avant d’être réformé, inapte à poursuivre la lutte. Démobilisé, il reprend sa vie d’ouvrier menuisier, participant d’ailleurs à la reconstruction de la zone envahie à Soissons. Il poursuit sa carrière à Paris, Grenoble, Lyon, part en Afrique et revient se marier « dans un pays du Dauphiné » avec une femme qui se jettera sous un train. Lui-même se suicide le 11 novembre 1958 à Voiron (Isère), après une vie qu’il a qualifiée de misère.

2. Le témoignage

Fenix, Laurent-Joseph, Histoire passionnante de la vie d’un petit ramoneur savoyard, écrite par lui-même. Paris, Le Sycomore, 1978, (réédité aux éditions Michel Chomarat (Lyon) en 1994 et à La Fontaine de Siloé (Montmélian) en 1999), 120 pages.

Marcel Peyrenet, journaliste, qui épilogue cet ouvrage, nous renseigne sur ce petit témoignage, en forme de souvenirs autobiographiques : « Telle a été la vie de Laurent, Joseph Fenix. Racontée par lui-même. Ecrite d’un trait, selon toute apparence, comme pour libérer une mémoire » (page 191). Il reçoit de lui un cahier contenant ses souvenirs, portant en frontispice la mention, « écrit dans le Dauphiné, le mois de novembre 1955 » (page 15). Fénix raconte sa vie en deux parties à peu près égales : l’avant-guerre, son enfance et son adolescence pauvres et besogneuses et la Grande Guerre(qui représente 30 pages sur l’ensemble de l’ouvrage) et ses conséquences pour un soldat de la « piétaille », brisé et aigri par la société.

3. Analyse

La misère de sa jeunesse, la dureté de sa vie et le poids psychique de la guerre forment le fil conducteur de ce témoignage d’une gueule cassée, dont « la bouche elle-même n’était réduite qu’à une ouverture de moins de deux centimètres » (pages 191-192). Sa description de l’arrivée dans le secteur du Ban-de-Sapt (Vosges), à la mi-septembre 1914, est dantesque : « Là il y avait déjà des milliers de morts à moitié enterrés, on voyait leur tête et leurs jambes qui sortaient, il y avait autant de Français que d’Allemands (…) Ils étaient là mélangés Français et Allemands. Je les ai vus pendant
plus d’une semaine, de mes yeux vus, aucun ne ressuscitait. Ils étaient tous bien d’accord les uns et les autres. Il n’y avait plus de rancune, de question de fortune, de politique ou de religion
» (page 123) et il poursuit sur ce parallèle social avec les vivants : « Même les camarades qui étaient avec moi, il y en avait de toutes sortes d’opinions, des croyants et des incroyants, de toutes sortes d’idées politiques, sauf des communistes puisque ça n’existait encore pas. Mais il n’y avait que des riches qu’on ne voyait pas, surtout pas dans mon bataillon dans tous les cas. Il y avait des ouvriers, des petits paysans, des petits commerçants, des  instituteurs… Les riches, après la guerre, on les a appelés les morts-vivants. Ils étaient tous malades à ce qu’il paraît, pour ne pas aller à la guerre. Et ils ont trouvé des braves gens pour les réformer ou les camoufler dans un coin bien tranquille. Et bien longtemps après la guerre, ils sont redevenus très lurons tandis que d’autres sont morts par suite de guerre sans même pu toucher une pensions » (pages 123-124). Sa vision de l’Armistice est celle-ci : « Ce jour-là que tout le monde fêtait en guinguette, pour moi ça a été le plus triste de ma vie. Je n’aurais fait que pleurer. Je pensais à tous ces camarades que je ne reverrais plus, à tous ceux que j’avais vu mourir dans des atroces souffrances, surtout que je commençais à comprendre que nous étions des imbéciles. Car je me rendais déjà compte que c’était les profiteurs qui s’étaient engraissés avec notre sang. On allait être leurs esclaves et comme récompense de notre souffrance, il allait falloir livrer une deuxième guerre toute sa vie pour obtenir une aumône » (page 165). En effet, il ne se remettra jamais du traumatisme de la Grande Guerre ; en témoignent le ton de ses souvenirs, sa récurrence à se focaliser sur les nantis et les profiteurs de guerre, sa vie de « réprouvé » et jusqu’à son suicide un 11 novembre 1958, 40 ans après l’armistice, dans l’explosion de sa maison, laquelle entraînera également la mort de deux locataires, deux sœurs âgées de 20 et 23 ans. « Sous un balcon, au premier étage, pend un écriteau portant, en lettres rouges, ces mots : « Profiteurs de guerre, monstrueux profiteurs. Vous serez châtiés » (page 194). Son témoignage est imprécis, distordu par le ressentiment, peu daté et ténu mais suffisamment représentatif du poids psychique et psychologique de la Grande Guerre chez ceux qui y ont souffert de la conjonction des traumatismes du feu et de la misère sociale qu’elle engendra. Il se replace en tous cas dans l’expérience moins socialement marquée de Charles Vuillermet, d’André Cornet-Auquier, de Louis de Corcelles ou des docteurs Joseph Saint-Pierre et Frantz Adam[2].

Yann Prouillet, janvier 2013

 


[1] Le tampon exerce les fonctions d’ordonnance.

[2] Voir leur notice dans le présent dictionnaire.

Le buzz {2 trackbacks/pingbacks}

  1. Ping: Le témoignage étonnant du caporal Léon Bony - Charles BarberotCharles Barberot le 26 mars 2016
  2. Ping: Les témoignages des combats du col des JournauxCharles Barberot le 16 avril 2017

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.